Découvrir le projet

We are always saving the men around here.  You may want to think about changing the name  to X-Women

Mystique /Raven, The Dark Phoenix,   Simon Kinberg, 2019)

2012, l’année des super-héros” concluait  un reportage diffusé dans le journal télévisé de France 2 le 8 juillet 2012,  4 ans après le premier Iron Man, 3 mois après le premier Avengers et 5 ans avant que ne sorte le premier film centré sur une super-héroïne, Wonder Woman. Notre recherche porte sur une approche genrée d’un archétype, le super-héros. Super-héroïne, un mot que l’on entend beaucoup moins que l’on ne voit les personnages auxquels il se rapporte. Peu habillées et reléguées au second plan de l’action jusqu’aux années 2000, les super-héroïnes sont devenues plus présentes ces dernières années à l’écran comme à l’écrit.

Comment ? Pourquoi ? Grâce à qui ? Ce renouveau dans l’imaginaire de la Pop Culture entretient-il des liens avec les mouvements d’émancipation des femmes et le questionnement du genre dans notre société ? Qu’est-ce que les super-héroïnes peuvent nous apprendre des recompositions des frontières de plus en plus poreuses entre la création et la réception des oeuvres culturelles ?

Un point de départ pour tenter de répondre à ces questions : la place des personnes concernées. Point de départ, car c’est à partir de là que peut se construire un questionnement qui associe les sciences sociales et le design. Dans By Any Media Necessary : The New Youth Activism (2016) Henry Jenkins et al. ont montré comment les mouvements protestataires portés par la jeunesse se servent de la pop culture pour alimenter un discours de justice sociale. The Harry Potter Alliance, par exemple, veut “transformer les fans en héros” en “utilisant le pouvoir de la narration et la pop culture pour rendre l’activisme accessible et soutenable“. De son côté, Mona Chollet a montré dans Sorcières, la puissance invaincue des femmes (2018), comment la figure de la sorcière avait été utilisée dans l’imaginaire pour stigmatiser le corps et l’agentivité des femmes avant d’être récupérée par les féministes comme une figure positive de la puissance des femmes.

Le design est social, que les designers le veuillent ou non. Leurs créations participent à structurer nos usages et nos représentations. ET dans le même temps, elles pointent les limites des imaginaires et dess pratiques et quand ça coince, les usagers ne se contentent plus d’attendre que ça finisse par passer. Certain.e.s se saisissent des moyens de création pour combler les vides et bouger les lignes. Jen Bartel s’est faite connaître aux environs de 2015 en diffusant son fan art sur les réseaux sociaux, avant de se voir confier de grandes licences, chez Marvel notamment. Elle a gagné un Eisner en 2019 et utilise sa notoriété pour mettre en avant la visibilité d’artistes socialement marginalisé.e.s. Elle l’évoque dans cet entretien qu’elle a accordé à io9 en 2018, elle y parle également de la manière dont elle a progressivement appris à dessiner de manière réaliste les chevelures des super-héroïnes noires.

Ainsi dans ce projet, on s’intéresse à ce que l’on pense être une forme de culture participative en ciblant deux profils de personnes concernées : les étudiant.e.s concerné.e.s par l’apprentissage d’un métier et les personnes qui se sentent concernées par les figures imaginaires de femmes super-puissances. Et nous le faisons avec une triple ambition :

  • Constituer une connaissance scientifiquement valide de la manière dont l’imaginaire de la super puissance des femmes affecte des représentations et des pratiques concernant l’agentivité des femmes;
  • Amener des étudiant.e.s en design à s’interroger sur leur place et leur rôle dans la construction sociale de la société, que ce soit dans une dimension opérationnelle, leur capacité à mobiliser des outils des sciences sociales pour cerner usages et usager.e.s ou dans une dimension éthique, leur capacité à prendre en compte la diversité de la société dans leurs réalisations;
  • Cheminer dans une réflexion pédagogique sur ce que l’initiation aux sciences sociales fait à l’apprentissage du design et à la pratique enseignante du spécialiste en sciences sociales.

C’est beaucoup ? Sûrement.

Donc on va prendre les choses comme elles viennent, quitte à se prendre un mur et devoir revenir sur ses pas pour trouver une porte. C’est le but de ce carnet. Raconter au fil des pages le projet, vu de la scène et des coulisses.

Références citées 

Fims

Avengers, Joss Whedon, Paramount Pictures, Marvel Studios, 2012.

Dark Phoenix, Simon Kinberg, Twentieth Century Fox, 2019. 

Iron Man, Jon Favreau, Paramount Pictures, Marvel Studios, 2008.

Wonder Woman, Patty Jenkins, Warner Bros, 2017. 

Autres documents vidéos

Les super héros du cinéma américain : analyse du succès“, Journal de 20h, France 2, 8 juillet 2012. 

Artist Jen Bartel on Turning Fan Art Into a Comics Career and Paying It Forward”, io9, 14 aout 2018. 

Sitographie

The Harry Potter Alliance

Bibliographie scientifique 

Chollet Mona, 2018, Sorcières. La puissance invaincue des femmes, Paris, Editions de la Découverte. 

Jenkins Henry, Shresthova Sangita, Gamber-Thompson Liana, Kligler-Vilenchik Neta, Zimmerman Arely M., 2016, By Any Media Necessary, NYU Press, New York.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search