Les héroïnes de Star Wars

La sortie du dernier Star Wars : L’ascension de Skywalker (J.J. Abrams, 2019) a fait verser beaucoup d’encre et encore plus de tweets. C’est peu dire …

Loin des controverses, je vous propose dans ce billet une veille sur les héroïnes de la franchise. Rey et Leia bien sûr, mais pas que… Loin de là.

Des femmes fortes

Le test de Bechdel-Wallace est composé d’un ensemble de trois règles permettant d’évaluer la représentation des personnages féminins dans un film.

Hum, je sais pas… J’ai une règle, tu vois : je ne regarde que des films qui répondent à trois exigences. Un : qu’il y ait au moins deux femmes ; deux : qu’elles aient droit à un dialogue ; trois : qu’elles parlent d’autre chose qu’un homme.

Dialogue extrait de Dykes to watch out for, Alison Bechdel, 1985, cité par Sciences-humaines, n°306, 2018

Selon le New York Times (2016) les personnages féminins de la franchise Star Wars passent le test avec succès. Dans cet article, George Gene Gustines s’attarde sur 7 personnages : Leia Organa, Ahsoka Tano, Rey, Doctor Aphra, Hera Syndulla, Maz Kanata et Mon Mothma. Malheureusement les trop brefs portraits consacrés à chaque personnage ne permettent pas d’en apprendre plus sur leur puissance. Le panorama dressé par C.J. Hawkings (Medium, 2018) est un peu plus détaillé. Elle aborde 11 personnages féminins : Asajj Ventress, Beru Whitesun Lars, Phasma, Shmi Skywalker Lars, Rey, Sabine Wren, Hera Syndulla, Jyn Erso, Ahsoka Tano, Padmé Amidala et Leia Organa. Le choix de deux figures maternelles comme Beru Whitesun Lars et Shmi Skywalker Lars peut surprendre et malheureusement sur cet aspect, le billet nous laisse sur notre faim. Les classements sont nombreux car la galerie des personnages féminins est riche, comme l’illustre l’ouvrage de Amy Ratcliffe, Femmes de la galaxie paru en 2019. Pour ce livre, 18 illustratrices ont réalisé le portrait de 75 personnages féminins. Dans une interview accordée à Entertainment Weekly en 2018, Amy Ratcliffe indique que, pour elle, c’est vraiment à partir de The Clone Wars (2018) qu’apparaissent de riches personnages féminins. Elle cite notamment Ahsoka Tano, très aimée des fans.

It’s something that really struck me when I was writing this book: There are stories for just about anything you want. If you want a story about bounty hunters. If you want a story about an archeologist going on adventures, you have that with Doctor Aphra. We have women and female characters in all different shades. And that was desperately needed. On one hand, I’m like, “It took us a while to get here,” but you know what? I’m glad we’re here, and there can only be more progress. I hope.

Amy Ratcliffe, « Women of the Galaxy explores 75 inspiring (and villainous) female Star Wars characters », Entertainment Weekly, mis en ligne le 10 novembre 2018

Des personnages féminins, il y en a donc plein. Pour autant incarnent-ils la puissance des femmes ? Diane Nivens propose la définition suivante d’un personnage féministe :

It is a character that can stand on their own in a plot line, shows emotional depth and growth, and whose sole existence is not hinged on finding their true love

Diane Nivens, « The Women of ‘Star Wars », Vocal, 2018.
Entertainment Weekly, 2 décembre 2016

Cette définition implique que le personnage n’a pas à être une femme pour être féministe. Pour autant, dans son article elle ne s’intéresse qu’à des personnages féminins : Padme, L3-37, Jyn Erso, Leia, Rey, et Rose. De Padme, elle retient ses préoccupations sociales et politiques et sa capacité à prendre la parole dans une assemblée en faisant entendre son point de vue. L3-37 développe aussi un point de vue politique sur l’égalité de traitement entre droïdes et humains. Jyn Erso est une guerrière qui sait être inspirante, notamment pour motiver la résistance avant l’attaque de Scariff. Leia cherche de l’aide mais jamais pour qu’on la sauve, elle. La République et la résistance sont ses seules préoccupations. Rose incarne l’espoir, l’idée que les opprimés peuvent s’unir pour triompher. Rey se distingue par sa résilience, c’est une survivante. Dans un article spécialement consacré à Rey, publié ce mois-ci sur le site de Madmoizelle, une fan, Alix Martino, analyse son attrait pour le personnage. Elle y note que Rey n’a jamais rien d’une demoiselle en détresse et qu’elle n’a pas besoin d’un « love interest » pour être motivée à agir.

Elle sue quand elle court, son visage est parfois sali, et elle peut même apparaître décoiffée. Ça paraît insignifiant, mais c’est important !

Alix Martino, Rey (Star Wars), un modèle de personnage féminin réussi, Madmoizelle, mis en ligne le 23 décembre 2019

Pour finir sur ces portraits de femmes, vous vous demandez peut-être de quelle héroïne vous êtes la plus proche, le test est ici.

« Je suis ton père » : une perspective masculine ancrée dans la narration

La sortie de Rogue One ( 2016, Gareth Edwards) avait été accompagnée de nombreuses discussions sur la construction du personnage de Jyn Erso, notamment sur le fait qu’encore une fois les actions du personnage principal étaient motivées par des problèmes avec papa (Daddy Issues).

Fathers and sons, fathers and daughters, uncles and nephews, surrogate father figures: Star Warshas a running theme, and it’s not about the balance of the Force; it’s about daddy issues.

Comicbook, « Star Wars: A History of Daddy Issues in a Galaxy Far, Far Away », mis en ligne le 5 septembre 2017.

L’article « Star Wars: A History of Daddy Issues in a Galaxy Far, Far Away » (Comicbook, 2017) dresse un panorama de toutes les relations compliquées que les principaux protagonistes entretiennent avec une figure paternelle. La journaliste Amanda Hess ( New York Times, 2016) souligne les différentes mobilisations des femmes fans de Star Wars (site web, podcast, Tumblr) en faveur de personnages féminins détachés de ces figures paternelles tutélaires. « A quand une relation mère-fille forte ? » se demandent les fans pour qui la multiplication des personnages féminins dans la franchise ne s’est pas forcément accompagnée de relations intéressantes entre les dits personnages. Parmi les références cités dans l’article, on retiendra le podcast Fangirls going Rogue et le site FANgirl Blog, ainsi que les nombreux exemples de fan fictions grâce auxquels des personnages féminins peu développés dans les films comme Jessika Pava vivent de nombreuses aventures.

Le Dr Rebecca Harrison, professeur de cinéma, a analysé tous les films de la franchise jusqu’à l’épisode 8 Star Wars : Les derniers Jedi (Rian Johnson, 2017). Elle publie les résultats sur son site web.

De 15 à 43% de présence à l’écran pour les personnages féminins, les chiffres sont édifiants. Ils sont établis en prenant uniquement en compte les séquences dans lesquelles au moins une femme parle ou dans lesquelles il y a au moins une femme et ni les hommes, ni les femmes ne parlent. Rebecca Harrison souligne que quasiment tous les protagonistes sont genrés dans la franchise, à commencer par les droïdes. Elle a compté dans le temps d’écran tous les protagonistes genrés au féminin ou neutre.

Cette augmentation en quantité s’accompagne-t-elle vraiment d’une augmentation en qualité ? Dans un billet paru récemment sur Médium, Liz Shannon Miller, autrice, s’exclame :

The closest a female Jedi got to speaking in the prequels was to scream as she was murdered.

Liz Shannon Miller, « T’as a trap : Why Loving ‘Star Wars’ as a Woman Is Endlessly Exhausting », médium, mis en ligne le 15 novembre 2019

Elle écrit du point de vue de la fan de pop culture qui en grandissant devait se satisfaire d’avoir la chance de voir un personnage féminin dans les dessins animés qu’elle aimait, elle cite April O’Neil la journaliste des Tortues Ninja ( 1990, Steve Barron). La même fan qui une fois adulte s’est sentie « vue » et « acceptée » en voyant Rey saisir un sabre laser dans Star Wars : Le réveil de la force (2015, J.J. Abrans) puis déçue par la série The Mandalorian (2019, Jon Favreau), une seule femme ayant un rôle parlé dans le premier épisode.

…it’s just that when you’ve been hungry for decades, it sometimes seems impossible that you’ll ever feel full.

Liz Shannon Miller, « T’as a trap : Why Loving ‘Star Wars’ as a Woman Is Endlessly Exhausting », médium, mis en ligne le 15 novembre 2019

Le Los Angeles Times a compté combien de mots par films avaient prononcé Leia, Padmé et Rey, les scores sont respectivement de 602, 837 et 958. Pour vous donner une idée de ce que cela représente, le nombre de mots par film pour Luke est de 1360 et pour Anakin, il est de 1443. L’article propose de riches infographies sur la présence des femmes dans les différents films. On voit entre autres que dans leur très grande majorité les mots prononcés par Rey sont destinés à des personnages masculins. Rey échange plus de mots avec Chewbacca (77 mots) qu’avec n’importe quel personnage féminin. En fin d’article la méthodologie est détaillée avec précision.


Rey, Leia et les autres ne doivent pas faire oublier que la place de plus en plus grande prise par les personnages féminins dans la franchise ne fait pas l’unanimité. Un fan particulièrement énervé allant jusqu’à remonter le film en excluant les personnages féminins, aboutissant à un Star Wars : Les derniers Jedi (Rian Johnson, 2017) ne durant plus que 46 minutes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search