Alita, une héroïne malgré elle

Yukito Kishiro raconte qu’il a découvert la science-fiction grâce à Star Wars. Le public occidental l’a découvert, lui, en lisant son manga de science-fiction, Gunnm.

Un groupe d’étudiants de l’Ecole de design de Nantes a étudié le personnage principal de l’oeuvre nommée Alita en français. Voici leur travail. Attention, comme sur la plupart des billets de ce site, le texte qui suit révèle des éléments majeurs de l’histoire. Pour les éviter ne lisez pas la section “L’histoire d’Alita” et allez directement plus bas.

L’histoire d’Alita

Reprenons quelques passages marquants de la vie d’Alita, afin d’en apprendre un peu plus sur ce qu’elle est vraiment.

L’histoire débute lorsque le cybernéticien Ido Daisuke trouve, au sein d’une pile de déchets située dans la ville de Zuzutetsu, un buste de cyborg provenant de Zalem. Ce Ido va récupérer le corps décharné du cyborg afin de lui redonner vie. Réparer, le cyborg n’a cependant pas restauré ses souvenirs. Cette information est primordiale puisqu’elle va guider une bonne partie de la trame narrative de l’histoire. Alita est une jeune cyborg naïve, qui redécouvre la vie à Zuzutetsu, la ville des déchets et des chasseurs de primes. 

La place qu’elle incarne au tout début de l’histoire ressemble plus à celle d’une enfant plutôt que d’une adulte et femme responsable. Elle est la protégée d’Ido, jusqu’à ce qu’elle se rende compte de ses facultés physiques impressionnantes. A l’image d’Ido qui incarne une figure paternelle dans le récit, elle décide de devenir HunterWarrior pour traquer les malfaiteurs de la ville afin d’y garder un semblant d’ordre. Cet événement est le symbole de sa première initiative dans sa nouvelle vie, elle reprend le contrôle et s’affirme. A partir de ce moment là, Alita devient un personnage indépendant de celui qu’il l’a créé, et commence à vivre ses propres péripéties

C’est le début de la prise de conscience de ses actes, ainsi que son passage à un âge que l’on peut considérer comme adulte. Son corps, lui, ne change pas. Mais la différence comportementale est notable et surtout nécessaire pour que l’histoire donne naissance à l’un des points clés de sa vie, l’apparition du personnage de Yugo. En effet, Alita rencontre un des personnages clefs de l’histoire, dont qui elle va tomber amoureuse et qu’elle suivra dans son combat. Yugo rêve d’aller sur Zalem, Alita est très influençable et semble s’approprier ce rêve. Yugo ne révèle pas son identité de revendeur sur le marché noir et s’attire des ennuis. Suite à quoi Alita devient la protectrice de ce personnage manipulateur. Lors d’une ultime montée de Yugo pour aller sur Zalem en escaladant les fils qui rejoignent Zuzutetsu à Zalem, il se fait découper et tombe dans le vide, ce qui signe la fin de l’aventure amoureuse d’Alita.

Dès lors commence l’arc que l’on peut appeler celui de la vengeance. Alita se met en tête de devenir la championne du sport connu comme le plus dangereux, le motor-ball. Elle grimpe rapidement au sommet du classement, puisque le gagnant du grand tournois de motor-ball se voit accorder le privilège de rejoindre la ville de Zalem. Son objectif est de supprimer le leader de Zalem, Nova.

Quand Alita passe du manga au film

Le film Alita Battle Angel est sorti le 13 Février 2019, soit presque 30 ans après la publication du manga Gunnm. Nous pouvons nous permettre de comparer les deux oeuvres, afin d’observer l’évolution du personnage d’Alita, qu’elle soit physique ou mentale. Pour cette étude, il faut noter que le prénom de l’héroïne été modifié par la production américaine, celle-ci se prénomme Gally et non Alita dans l’oeuvre originale.

Premièrement, si l’on se base sur le point de vue physique, nous pouvons voir une différence assez remarquable entre le corps des deux filles : Dans le manga, elle a des formes (poitrine & hanches) légèrement poussées et qui sont mises en avant par un costume en latex (ou même par son équipement robotique), alors que dans le film, elle a un corps plus réel (poitrine non voyante par exemple) car elle est jouée sous motion capture par l’actrice Rosa Salazar. Le film permet d’enlever le cliché du “corps idéal” de la femme, en portant le regard du spectateur sur son caractère et son visage (nous y reviendrons plus tard).

Ensuite, la 3D produite pour le film est si bien réalisée qu’elle permet de mettre le physique d’Alita en avant par les actions, puisqu’elle détient un certain dynamisme qui la met tout à son avantage. À noter que dans le manga, nous voyons Gally petite et également grande par la suite, mais que ce corps est autant mis en avant par les formes peu importe l’âge.

Pour observer un autre traitphysique remarquable, dans Gunnm, elle a des gros yeux car il s’agit du dessin traditionnel du style “manga”, de faire des yeux à la taille assez exagérée.

Dans le film, si les producteurs ont décidé de garder ses gros yeux, c’est afin de mettre en avant sa sensibilité car elle est plutôt émotive. Cela donne un fond peut-être plus “humain” à Alita, puisque cela nous permet de se concentrer sur ses émotions et son caractère, sans même penser à son aspect physique. Un point supplémentaire, ces yeux lui font une distinction des autres héroïnes, car ils sont propres à elle-même. Ils permettent de directement penser à elle lorsqu’on la nomme, même sans avoir vu le film.

Pour parler du fond plus que de la forme, concernant l’aspect des combats, nous pouvons noter une réelle différence en terme de violence. Dans le film, nous pouvons voir Alita se battre à plusieurs reprises, mais sans violence extrême, bien qu’un spectateur du film n’ayant pas lu le manga pourrait se dire que les combats sont déjà assez durs. En effet, dans le manga, on peut noter la présence abondante de sang, de découpage de membres, et tout cela dans une ambiance très sombre. L’ambiance morbide omniprésente du manga aurait de quoi détourner le regard des lecteurs.

Si le réalisateur a décidé d’atténuer cette violence, c’est logiquement pour attirer un public de tout âge et de ne pas avoir de restriction afin de ne choquer personne, mais cela modifie la représentation du personnage d’Alita/Gally. Le film met beaucoup plus en avant son aspect d’adolescente naïve pleine d’ambition, alors que Gally qui a, malgré tout aussi un esprit d’adolescente, n’hésite pas à aller jusqu’au bout dans ses combats, et ce de manière sérieuse…

Enfin, dans le film comme dans le manga, Alita/Gally tombe amoureuse de l’humain Hugo/Yugo. Cependant la représentation de ce personnage se voit assez modifiée, elle aussi, et a recours à certains stéréotypes.

Yugo est un jeune adolescent sans cliché particulier du “beau garçon” alors qu’habituellement dans les mangas, on observe souvent des beaux garçons mystérieux, ténébreux, grands et forts. Alors qu’Hugo, lui, est représenté dans le film sous un air de beau garçon latino au regard noir profond, fort et surtout bien plus adulte. 

Cela enlève la sensibilité naturelle d’Alita, qui selon le film a besoin de se satisfaire auprès d’un idéal masculin imaginé depuis bien des années pour séduire les spectatrices, alors que Yugo, dans le manga, est simple et séduisant grâce à sa force et son caractère. 

En conclusion quant à l’étude du personnage d’Alita/Gally, nous pouvons dire qu’une évolution sur la représentation est bien présente, mais seulement sur certains points. Physiquement, Alita ne ressemble pas à la super-héroïne clichée avec un idéal féminin imaginé pour plaire au regard masculin. Bien qu’au premier abord elle semble fidèle au personnage du manga, James Cameron et Robert Rodriguez se sont éloignés de la représentation idéale afin de mettre en plus en avant son caractère. 

Elle est plus adulte, plus réelle, même avec ses yeux plus gros. La production américaine a réussi son pari d’offrir aux spectateurs le fait d’être séduit par le personnage plus par sa force et son caractère que par son physique. De plus, Alita est très puissante, elle combat de manière naturelle sans montrer ses formes et sans jouer sur la séduction.

Le seul aspect négatif quant à son évolution concerne son esprit plus “adolescent” et plus naïf dans le film, du à une remise à niveau plus faible de la violence, différente de celle qu’on peut voir dans le manga. Pour atténuer la visibilité de sa différence, les autres personnages autour d’elle sont plus “adultes”, afin qu’elle corresponde aussi à ce monde. L’élu de son coeur est plus adulte, correspond plus à l’idéal masculin imaginé (brun grand, sombre et puissant), et les ennemis aussi sont adultes.

Parti pris du réalisateur


  La seconde partie de ce billet repose sur le personnage d’Alita et sa représentation dans la pop culture en tant que femme. Nous allons nous pencher sur le film “Alita: Battle Angel” mais surtout sur ses choix de représentation et ce que cela implique pour le personnage. Tout d’abord nous verrons la représentation physique d’Alita, ensuite nous verrons le choix du réalisateur de mettre l’accent sur la représentation d’une femme forte et enfin nous finirons par l’explication d’une romance omniprésente qui vient à gâcher un peu l’apparence du film.

   Premièrement, dans le film de Robert Rodriguez, comme nous l’avons dit, le réalisateur a choisi de se détacher du physique atypique et sexualisé du manga.

   En effet, nous avons pu remarquer que dans le blockbuster Américain, on ne retrouve pas la forte poitrine apparente de notre personnage, ni cette tenue en latex qu’elle porte dans “Gunnm”. On a constaté que le réalisateur a choisi de mettre l’accent sur une autre facette d’Alita que nous détaillerons dans un second temps. Nous avons une jeune fille, qui pourrait être comparée à une adolescente ou bien une jeune adulte, brune, de taille moyenne, sans trop de distinction physique mise à part ses grands yeux qui prennent une bonne partie de son visage. Des grands yeux qui sont un clin d’oeil qui pourrait s’apparenter à un respect du manga d’origine. Nous avons donc une jeune fille lambda qui revient à la vie et qui redécouvre le monde. C’est là que le choix du réalisateur est bien réfléchi car il va se détacher du stéréotype de la femme au physique atypique pour laisser place à une femme à laquelle les spectateurs vont pouvoir s’identifier. Alita se présente comme une femme qui arrive dans un monde qu’elle ne connaît pas et qui est dirigé et construit par une forte présence masculine. Elle en tant que femme forte recherchant des réponses sur son passé et sans distinction physique, elle va devoir se frayer un chemin et gravir les étapes pour surmonter les problèmes par elle même. On pourrait dire que c’est une métaphore de notre monde et du combat que mène une femme qui pourrait arriver sur le marché du travail et dans une société où les hommes dirigent abusivement. Un combat que beaucoup de femmes connaissent.

   Ces choix physiques sont minutieusement pensés par Robert Rodriguez pour que le spectateur n’ait pas de mal à s’identifier à elle et ainsi mettre l’accent sur une autre facette d’Alita. Ce qui nous permet de faire une transition sur le deuxième choix fort de représentation du personnage :

   Le réalisateur a souhaité non pas mettre l’accent sur la représentation physique d’Alita mais surtout développer et mettre en avant son côté mental d’une femme forte qui n’a besoin de personne pour réussir.

   En effet dans son interprétation du manga, il voit d’abord le côté débrouillard d’Alita. C’est la représentation parfaite d’une femme qui veut se détacher d’une figure tutélaire masculine. Par exemple dans de nombreuses scènes comme celle où elle se retrouve dans un bar devant des chasseurs de primes, on remarque qu’elle prend la parole de manière impulsive et confiante. Quand elle essuie plusieurs rires moqueurs de certains chasseurs de primes qu’elle déclenche une bagarre où elle met une raclée à tous les hommes qu’elle combat. On a donc ici la représentation d’une femme qui n’a pas peur de se confronter aux hommes tant bien par la réflexion que par les combats physiques.

De plus, durant le long métrage, on peut remarquer une constante évolution du personnage avec une prise de maturité qui est de plus en plus visible. Tout au long du film, Alita mûrit et s’émancipe de son père pour prendre ses décisions elle même de manière indépendante, et cela, assez rapidement. Par exemple, elle lui désobéit lorsqu’il lui dit de ne pas s’inscrire en tant que chasseuse de prime. Métaphoriquement, on pourrait la comparer à un jeune homme fougueux n’ayant pas peur du danger (comme on voit généralement dans les blockbuster aujourd’hui). Ce qui n’est pas du tout le cas ici.

Enfin, la représentation de la femme forte, on la voit aussi dans les blessures physiques et mentales que l’héroïne peut avoir. En effet, plusieurs fois dans le film on la voit blessée, démembrée, ruée de coup, mais elle se relève tout le temps de ces blessures. Elle ne s’éternise pas sur son sort et se relève pour affronter ses problèmes. C’est réellement la représentation de la femme forte en premier plan et non au second comme on a l’habitude de voir dans de nombreux blockbuster Américains.

Nous avons donc ici une représentation moderne de la femme puissante qui n’a besoin de personne pour évoluer et surmonter ses problèmes.

   Cependant, nous avons encore et toujours une romance omniprésente qui est rattachée à notre personnage féminin.

   Malgré tout le travail de Robert Rodriguez pour rattacher Alita à une figure féminine emblématique de la pop culture, on distingue encore et toujours la présence d’une romance redondante pour notre personnage principal.

   En effet, c’est le point noir général du film qui ressort de la part des critiques des fans du Manga (voir article “écranLarge” cité en bas du document). C’est l’omniprésence de la romance qu’entretiennent Alita et Hugo dans le film. Une romance qu’on peut qualifier de classique, ou encore une romance “gaga” qu’on pourrait comparer à celle de Twilight qui n’apporte que trop peu d’intérêt à notre histoire. Même si elle est importante comme dans le manga, on aurait aimé qu’elle suive la ligne directrice choisie par Robert Rodriguez dans la représentation de l’héroïne. Cela est plutôt dommage que notre personnage si emblématique et puissant soit trop rattaché à cette notion et surtout de cette manière. Il  s’agit là d’un classique d’une fille qui tombe amoureuse du premier beau brun qui lui adresse la parole : cela est trop stéréotypé pour coller à l’identité de notre personnage et vient un peu ternir tout le travail précédemment réalisé. 

On peut tout de même noter que cette romance n’est pas des plus classiques… Effectivement, ce n’est pas la figure masculine qui sauve la figure féminine mais bien l’inverse. On voit que c’est bien Alita qui sauve à plusieurs reprise Hugo des mains des humanoïdes ou encore de l’ennemi en général. De plus, on peut remarquer qu’il se retrouve dans des situations peu confortables qui sont résolues par Alita elle-même. Pour cela, pour cet inversement des rôles “classiques” d’une romance, on n’en veut pas à Robert Rodriguez.

Alita et la Pop Culture

Passons à ce que l’on peut connaître d’Alita Battle Angel, ou plutôt Gunnm dans le cas présent, au sein de la pop culture et plus particulièrement au sein des jeux vidéo. Une petite rétrospective s’impose. Le manga Gunnm commence à paraître dans les années 1990 (1990 à 1995 plus précisément). Et l’unique adaptation que l’on peut avoir de ce manga en jeu vidéo remonte à 1998, soit 3 ans plus tard que la fin de sortie du manga. Ce premier et unique jeu n’est autre que “Gunnm : Martian Memory” développé par Yukito products. On y retrouve Alita/Gally dans le rôle d’un HunterWarrior dans un jeu 3D sur la console de salon Playstation 1. Un jeu plutôt bien réalisé qui ne saura pas faire l’unanimité mais qui aura tout de même le mérite de retranscrire certaines parties de l’histoire à travers son gameplay. On y retrouve aussi bien les combats de Gally contre les malfaiteurs de Zuzutetsu, que les courses endiablées de motor-ball. Gunnm : Martian Memory ne marquera malheureusement pas les esprits et ne fera pas le même carton que le manga à sa sortie, et ce, même dans son pays d’origine.

Alita est devenue une icône de la “femme cyborg” au fur et à mesure des années depuis sa création à travers le légendaire manga Gunnm. Les japonais sont friands de méchas et de scènes de batailles, tout cela représentant la tournure très masculine des mangas. D’ailleurs Yukito Kishiro est fortement inspiré par le travail de Yoshikazu Yasuhiko, le character designer du mythique Mobile Suit gundam.

Ainsi Alita est quelque part un renouveau dans le genre “mécha”, qui en plus de mettre une “femme” en tant que personnage principal, choisit de la représenter sous forme humanoïde. Point important lorsque l’on veut s’identifier à un personnage.

L’empreinte que Gunnm va laisser dans le monde de la PopCulture est indélébile, puisque ce récit va lui même inspirer la conception d’oeuvres cultes. George Miller, réalisateur de Mad Max Fury Road ne s’en cache pas il s’est directement inspiré du chef d’oeuvre nippon pour la réalisation de celui-ci.

En parallèle, Guunm est aussi la représentation parfaite du combat que beaucoup de personnages de cinéma sont amenés à mener. Le héros faible gagnant en puissance tout au long de l’histoire afin de se rebeller contre une société injuste. Guunm est peut être aussi une manière d’insérer une fois de plus les inégalités que l’on peut avoir dans la société actuelle, qui n’offre malheureusement pas des chances égales à tout le monde.


Tombée de Zalem pour des raisons que l’on ignore, Alita / Gally évolue d’un robot en fin de vie, laissé à l’abandon dans une décharge, à une femme affirmée et sensible.

Cette ascension est notamment dûe à Ido, considéré comme le père d’Alita, mais aussi Yugo, avec qui elle va découvrir le sentiment amoureux. L’univers dans lequel elle est plongée est une société dystopique basée sur un système de classe (Zalem pour les riches, Zuzutetsu pour les pauvres) qui renforcera chez elle sa volonté et ses ambitions.

On a pu constater, durant l’étude de ce personnage, que ses représentations varient entre le manga, le film et le jeu vidéo. Ces différences peuvent s’expliquer par une appropriation culturelle de pays éloignés ne partageant pas les mêmes us et coutumes. Aussi on constate que l’image d’Alita s’adapte au support sur lequel on la retrouve afin de convenir au public visé. Le manga, au format papier, se veut plus sombre, renforcé par l’aspect noir et blanc de l’impression. Il permet à Yukito Kishiro de pousser l’esthétique dystopique et gore de Gunnm à son paroxysme, tandis qu’à l’inverse, le support cinéma se veut plus accessible à tous, et donc plus édulcoré.

Au final, Yukito Kishiro fait apparaître dans Gunnm une héroïne robotique aux pouvoirs exceptionnels. Celle-ci est définie par les clichés classiques que l’on peut associer à une femme, à savoir la naïveté et la fragilité d’un côté, la force et le courage de l’autre. Alita ne se détache pas à travers son image, mais plutôt dans sa manière d’atteindre le sommet. Le personnage d’Alita est une représentation ingénieuse de la femme forte au sein d’une société machiste et brutale.

Alita : Battle Angel – le meilleur et le pire de l’adaptation du culte Gunnm, Publié le 16/02/2019  | écranlarge

Gunnm, le manga qu’il faut lire, Publié le 18/02/2019 à 09:00 | Le Point.fr

Alita vs Gunnm : Critique sans spoiler, Publié le 15/02/2019 | Captain Popcorn – Youtube

Chrono critique du film Alita Battle Angel, Publié le 23/02/2019 | Banzai – Youtube 

Yukito Kishiro – Créateur de Gunnm, notice Wikipedia


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search