Sarah Connor : mère de l’apocalypse

Affiche promotionnelle Terminator Dark Fate, 2019, Tim Miller

Sarah Connor est un personnage de fiction apparu pour la première fois dans le film Terminator réalisé par James Cameron en 1984. C’est Linda Hamilton qui est choisie pour incarner le rôle. Gale Anne Hurd la productrice du film a dit pour justifier ce choix, que Linda Hamilton incarnait la fois “la jeune fille ordinaire et ce statut de mère de l’humanité, qui n’est pas une transition facile, mais qu’il était indispensable de rendre crédible“. (citée par Gilbert, 2019, p. 98).

Sarah Connor est une fille ordinaire de 19 ans, qui commence sa nuit par une sortie en boîte et la finit pourchassée par un tueur un peu particulier, une machine envoyée du futur par une intelligence artificielle, Skynet, qui veut la tuer pour empêcher la naissance de l’enfant qu’elle est censée concevoir et qui deviendra après une apocalypse nucléaire, le chef de la résistance humaine contre les machines.

Vous avez suivi ?

Il y a dans le futur une guérilla opposant John Connor, le futur fils de Sarah, à Skynet, une I.A. Sur le point de perdre, Skynet, toujours pleine d’initiatives, décide de mener la guerre dans notre présent en envoyant des machines, les Terminator, tuer la future mère de son futur ennemi.

Passons à une présentation pleine de spoilers du personnage.

Le destin de Sarah Connor

Elle est l’une des icônes les plus célèbres du cinéma d’action. (…) Elle est l’âme et le coeur de la saga Terminator.” (Gilbert, 2019, p. 96). Pour Thomas Gilbert, Sarah Connor est une “victime” devenue “guerrière“, “troquant son tablier de serveuse pour une mitraillette” (ibid), pour protéger son fils et le monde tel qu’il est d’un futur où les machines surpassent, exploitent et tuent les êtres humains.

Tout commence pourtant, par une belle journée, sur une douce musique et avec beaucoup de rose, dans un Diner dans lequel Sarah est une serveuse qui ne déborde ni d’enthousiasme, ni d’efficacité.

Premières scènes avec Sarah Connor, Terminator, James Cameron, 1984.Mis en ligne par Agent orange, le 9 novembre 2019

Tout pourrait basculer lorsque sa collègue l’entraine vers un téléviseur en lui disant “Tu es morte ma chérie”, faisant référence à une mère de famille, Sarah Connor, brutalement assassinée. Car pendant que Sarah fait tomber des burgers. un homme, armé d’un annuaire, et pas que, écume les rues de Los Angeles.

Différentes scènes de la chasse du Terminator, Terminator, 1984, James Cameron, mis en ligne par Gagtiger le 7 juillet 2015

Pourtant cela n’empêche pas Sarah de rentrer se préparer pour un rencard en boîte organisé par sa colloc. C’est là que tout bascule.

Scène de la boîte de nuit, Terminator, James Cameron, 1984, mis en ligne par Graeme Martin le 8 février 2018

L’homme qui s’interpose entre elle et la machine et lui permet de fuir, c’est Kyle Reese, un résistant que John Connor a choisi d’envoyer dans le passé pour sauver sa mère. Ce choix n’a rien d’hasardeux, Kyle Reese l’ignore mais il va concevoir John avec Sarah durant les 48 heures qu’ils vont passer ensemble.

Kyle meurt en combattant le Terminator et Sarah se retrouve seule. Elle fuit, entre dans la clandestinité, renonçant pour toujours à une vie normée. Elle donne naissance à son fils et l’élève jusqu’à ce que la police l’arrête. Elle est enfermée en hôpital psychiatrique (parler de machines qui anéantissent l’humanité ça fait son effet) et son fils est placé en famille d’accueil. C’est alors qu’un autre Terminator est envoyé par Skynet pour tuer John à l’adolescence. Cette intrigue sert de base à la fois à Terminator 2 : le jugement dernier (1991) et à Terminator : Les chroniques de Sarah Connor (2008-2009). Dans les deux cas, Sarah Connor a profondément changé. La serveuse au scooter rose qui faisait la fête avec sa colloc n’existe plus.

Scène de fuite de l’hôpital psychiatrique, Terminator 2, James Cameron, 1991, mis en ligne par Alex Gonzales le 18 novembre 2018

Le personnage est absent des deux films suivants de la franchise, on y apprend qu’elle est morte du cancer avant le Jugement dernier. Il existe à partir de là de nombreuses variations autour du personnage. Le coeur de l’intrigue, une modification incessante du passé pour sauver le futur, que ce soit celui qu’espère Skynet ou John Connor, autorise toutes les divergences.

Pour le New York Magazine, la transformation du personnage entre les deux premiers opus est ce qui a pavé la voie pour les personnages féminins forts que l’on a vu depuis apparaître sur nos écrans, en donnant à l’héroïne un pouvoir “qui est d’habitude réservé aux stars masculines de films d’action“. (New York magazine, octobre 2019).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search